GR5 – Jour 10 – 8 août – Bessans

Je me lève tranquillement à 7h, et le soleil est rapidement sur la tente. Elle est encore trempée de la pluie nocturne.

Une fois le petit déjeuner pris, en route pour l’ascension du point culminant du GR5, le Col de l’Iseran. Ça démarre très sec dans la forêt, en remontant les pistes (rouges). C’est vraiment raide, mais grâce à la fraîcheur forestière, je n’ai as trop chaud. Après avoir croisé la route une première fois, le sentier se fait plus calme, et j’avance à bon train. Je ne sais pas si c’est la raclette d’hier soir, ou la fin de marche à 16h30, mais je me sens bien et je carbure dans cette ascension.

Vue sur Val d’Isère

J’arrive enfin au col, selfie obligé, comme les cyclistes, et les motards, qui se prennent en photo avec leur moto devant le panneau… haaa ces motards !

Col de l’Iseran, check !

Il est temps de redescendre de l’autre côté. Je franchis le pont de neige, puis un passage escarpé assuré par des mains courantes, et je déjeune au bord de l’Arc, les pieds dans l’eau. Après mangé, je décide de ne pas suivre mon guide qui suivait le GR5a vers Bonneval sur Arc, et rejoignait Bessans par la vallée. Je reste sur le GR5 officiel, par le haut. Je ne sais pas si ça change beaucoup le kilométrage, mais le dénivelé, c’est sûr !

Au dessus de Bonneval-Sur-Arc

Le sentier va monter vers Les Roches, où il y a plusieurs torrents en provenance des glaciers au dessus. Certains sont vraiment costauds et verticaux, surtout à cette heure ci où la fonte bat son plein. Le plus gros est assez délicat à franchir, mais tout se passe bien, à part un pied mouillé.

Des torrents verticaux et bien actifs à franchir

Le sentier passe ensuite des zones de pâturages pour les moutons, puis commence sa descente vers Bessans. Elle est longue et douloureuse pour les pieds. A l’approche du village, je vois un panneau en sens inverse indiquant que les torrents aux Roches sont dangereux et que la passerelle n’a pas pu être montée. Me voilà rassuré.

Au dessus de Bessans

Je continue mon chemin. Il y a eu un glissement de terrain sur la piste à l’entrée du village. En essayant de traverser cette partie, je m’embourbe jusqu’aux genoux. La situation est compliquée et sans l’aide de Gaëtan, je n’aurais peut être pas réussi à en sortir sans y laisser une ou deux chaussures par 50cm de boue compacte.

Le jour où j’ai failli perdre une chaussure

Ce glissement de terrain a eu lieu dimanche soir et s’est arrêté juste devant les maisons. J’arrive finalement au camping après le village. Après une douche, lavage des chaussures, nouilles. Et dodo après cette grosse journée. Pas d’orage prévu.

3 vues

2 réflexions sur « GR5 – Jour 10 – 8 août – Bessans »

  1. Bonjour ?

    Merci pour cette randonnée que je vais suivre quotidiennement.
    Les torrents passés aujourd’hui (08 août) sont ils faisables seul ?
    Le pont de neige, est ce un névé ?

    Je vous suis depuis votre PCT, que je vais faire en 2019 ?
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.