GR20 – Jour 9 – 12 septembre – Cozzano

En ce jour un peu spécial, puisque c’est le premier anniversaire de mon arrivée au Monument 78, signant la fin de mon aventure sur le PCT, je me lève à l’heure habituelle, 5h50.

Une fois que tout le monde est prêt à partir, je me lance à l’assaut d’un col boisé, qui devient rapidement minéral.

Départ de Bocca di Verde
Début de marche dans les bois

Le vent qui semblait s’être un peu calmé en fin de nuit est à nouveau très intense au fil de l’ascension. C’est un moment assez éprouvant, entre le froid et la violence des rafales. Une fois arrivé au col Bocca d’Oru, une très belle vue m’attend, dans des bourrasques impressionnantes.

15 vues
Bocca d’Oru

Le sentier arpente ensuite un plateau et arrive rapidement au refuge. La situation est compliquée. Tous ceux ou presque qui tentent de passer par les crêtes de cette douzième étape abandonnent et redescendent, soit pour contourner par la route, soit pour attendre à Bocca di Verde, où j’ai passé la nuit. Je me tâte à essayer de passer, mais je ne veux pas seul, avec des rafales indiquées à 130km/h. Le groupe préfère descendre et contourner l’étape par la route jusqu’à Cozzano, et rallier le GR demain matin. Je tranche et redescends avec eux, peu avant midi. Passé Bocca di Verde, c’est 17km et trois bonnes heures de marche sur le goudron qui vont user mes semelles et ma patience… Heureusement, on a le temps de blaguer, et la rencontre avec quelques cochons léthargiques au bord de la route va égayer l’après-midi.

Mes amis les cochons

Je suis pris en stop près d’une demi-heure avant l’arrivée au village. L’étape douze est donc sautée et contournée, mais pas de gaieté de cœur. C’est parfois comme ça. Nous nous arrêtons au gîte du village, très accueillant et serviable malgré l’afflux imprévu de randonneurs aujourd’hui. Quelques courses à la supérette du coin (du frais!) dont un saucisson en provenance directe de la charcuterie en bas du gîte, on pourra pas dire que c’est pas un produit local 🙂 ! Puis, je finis la journée tranquillement, en profitant des avantages technologiques du village (connexion internet).

Le village de Cozzano

Un peu de blogging, et je découvre avec émotion et nostalgie les photos de mes copains pour cet anniversaire. Je me suis acheté une Colomba pour l’occasion. C’est pas une IPA, mais le cœur y est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *