GR20 – Jour 6 – 9 septembre – Bergerie de l’Onda

La nuit a été fraîche, mais il n’est tombé que quelques gouttes. Réveil à 5h50 comme chaque matin, et je ne traîne pas. Je pars à 6h50.

L’ascension est immédiate. Je suis dans le gros des troupes, et j’avance à bon rythme.

L’ascension vers Bocca alle Porte est assez raide

Après deux heures, j’atteins la brèche de Bocca alle Porte. C’est très escarpé et impressionnant avec vue directe sur les deux lacs de Capitellu et Melu, je suis à 2225m.

les lacs de Capitellu et Melu
La pause du marcheur

A partir de là, le chemin est très escarpé sur les crêtes, et la progression est lente. Il y a de nombreux passages techniques, dont un assez gros et raide, avec des chaînes. Ça ralentit et bouchonne à l’approche des passages concernés.

Un gros passage à chaînes

Le sentier continue encore de monter, jusqu’au passage du col Bocca Muzzella, avant de redescendre en direction du refuge de Petra Piana.

Sur les crêtes

J’arrive au terme de cette grosse descente à 12h15, et je fais ma pause déjeuner au refuge. On annonce de la pluie pour 18h30, j’ai donc le temps de rejoindre le refuge et les bergeries de l’Onda, étape suivante du GR, en quatre heures par la variante des crêtes. Je me remets donc rapidement en route pour rejoindre ce chemin des crêtes. C’est raide.

Sur la variante des crêtes

Il ne dévie pas d’un millimètre de la ligne de crête, et j’en bave un peu de doubler une nouvelle fois, mais à nouveau, c’est superbe. Certains passages plus techniques auraient pu mériter des chaînes.

Des crêtes, encore des crêtes ! Que du bonheur !

Au terme d’une série d’ascensions et descentes, j’arrive devant la grosse la longue descente raide menant au refuge de l’Onda, que je distingue, mais surtout la bergerie du même nom, en contrebas, et qui concentre les équipements des randonneurs.

Le refuge de l’Onda en contrebas

J’y arrive à 16h45, et je réserve direct mon diner dans l’espoir de savourer les fameuses lasagnes au Brocciu. Plusieurs membres du groupe avec qui je marche plus régulièrement, et qui a doublé également à Petra Piana,  se laissent tenter.

A l’approche de la bergerie de l’Onda

Après avoir installé ma tente, qui sèche rapidement grâce au vent, et pris une douche toujours aussi froide, je pars donc profiter du diner à la bergerie, pendant que les chèvres, de retour des crêtes à leur tour, viennent s’installer dans leur enclos pour la nuit. Soupe, lasagnes au Brocciu, fromage, et salade de fruits. Un festin de randonneur. Ces lasagnes maison sont effectivement un régal, et toute la table est unanime. Il se met à pleuvoir quelques minutes à 18h45, les prévisions étaient précises ! Cela ne dure que quelques minutes, et s’il ne pleut pas davantage, la tente devrait sécher rapidement. Demain, je dois rejoindre Vizzavona, en y allant tranquille. J’opterai peut-être pour un toit en dur, selon les disponibilités.

2 pensées sur “GR20 – Jour 6 – 9 septembre – Bergerie de l’Onda”

  1. Bien joué d’avoir doublé cette étape! Le lendemain, après la fameuse nuit sous l’orage, il n’y avait plus de lasagne à l’Onda, on s’est retrouvé avec des pâtes et de la viande en sauce…. on était un peu (euphémisme) déçus, mais on était repus et heureux quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *